Le parcours époustouflant de la pionnière de la Nouvelle Vague: découvrez l’histoire incroyable de cette cinéaste, photographe et plasticienne !

Vue de l'exposition "Viva Varda !" à la Cinémathèque française - © Romane Fraysse




Agnès Varda : la grande figure féminine de la Nouvelle Vague

Agnès Varda : la grande figure féminine de la Nouvelle Vague

Une enfance mouvementée à Sète

Disparue en 2019, Agnès Varda a laissé derrière elle un héritage cinématographique inestimable. Née en 1928 à Ixelles, en Belgique, elle a grandi à Sète, où sa famille s’est installée pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est dans cette ville qu’elle a passé son adolescence, sur un bateau proche des quais, rencontrant la sculptrice Valentine Schlegel. C’est à sa majorité qu’elle prend finalement le prénom d’Agnès. Elle fera allusion à cette période dans plusieurs de ses films, dont La Pointe courte et Les Plages d’Agnès, où elle reconstituera le bateau familial.

Le quartier de la Pointe courte à Sète

Pionnière de la Nouvelle Vague

Son deuxième film, Cléo de 5 à 7, est une véritable expérimentation technique. Il se déroule en temps réel, le 21 juin 1961 à Paris, nous faisant suivre une jeune chanteuse du nom de Cléo. Le film est tourné durant l’été 1961 et est considéré comme l’une des premières œuvres du mouvement de la Nouvelle Vague, qui défend le cinéma d’auteur.

Cléo de 5 à 7 par Agnès Varda (1961)

Entre fiction et documentaire

En plus de ses films de fiction, Agnès Varda a réalisé plusieurs documentaires, comme Les Glaneurs et la Glaneuse, Les Plages d’Agnès ou Visages, villages. Elle apporte une originalité en mêlant ses prises de vue et ses interviews avec des digressions sur ses pensées intimes, son regard poétique, ou ses souvenirs. Elle partage ses voyages et ses rencontres, tout autant que sa vie privée dans sa maison de la rue Daguerre à Paris.

LIRE :  Découvrez le bar à cocktails secret dans un hôtel british et décalé à Paris - Un véritable paradis de mixologie enchanté!

L’amour pour les patates en forme de cœur

Dans Les Glaneurs et la Glaneuse, tourné en 2000, Agnès Varda découvre un élément qui deviendra caractéristique de son cinéma : les patates en forme de cœur. Ces drôles de tubercules deviennent un motif récurrent dans son œuvre, tant dans ses films que dans ses photographies et ses œuvres plastiques.

Collaboration avec JR

Devenue connue du grand public jusqu’à l’âge de 88 ans, Agnès Varda s’associe à l’artiste contemporain JR, avec qui elle co-réalise le film Visages, villages.



Del Monique de Travel-Fun
Les derniers articles par Del Monique de Travel-Fun (tout voir)

Laisser un commentaire