Le musée de Montmartre dévoile l’oeuvre révolutionnaire de Théophile Steinlen pour son centenaire – Une exposition à ne pas manquer !

Vue de l'exposition "Théophile Steinlen" au musée de Montmartre - © Romane Fraysse






Théophile Steinlen : La célébration d’un artiste inclassable


Théophile Steinlen : La célébration d’un artiste inclassable

Une vie de bohème

Théophile Steinlen est de ces artistes passant à la postérité pour une œuvre devenue emblématique d’une atmosphère, d’un lieu, d’une époque. Tout le monde connaît l’affiche de La Tournée du Chat Noir, icône de la bohème montmartroise que l’artiste a su parfaitement saisir. À travers des peintures, gravures, dessins et sculptures, le musée de Montmartre célèbre jusqu’au 11 février 2024 le centenaire de cet artiste inclassable qui, de manière assez inégale, a toujours revendiqué la vocation politique de l’art.

Une vie de bohème

Une chose est certaine, Théophile Steinlen sera toujours associé à deux thématiques dans l’imaginaire collectif : le quartier bohème de Montmartre, et la silhouette rebelle du chat. Deux sujets qui lui ont toujours tenu à cœur, dès son arrivée à Paris en 1881 : l’artiste s’installe sur la butte et découvre la vie frénétique des cabarets aux côtés de son ami, le peintre Adolphe Willette.

Le chat : une figure emblématique

Il fréquente régulièrement Le Chat Noir, auquel son nom est désormais associé. Là, il rencontre des personnalités de l’époque, telles qu’Henri Rivière, George Auriol, Jehan Rictus ou Camille de Sainte-Croix… et illustre la revue Le Chat Noir. Ses lithographies, dessins et pastels incarnent l’esprit bohème de Montmartre.

LIRE :  Découvrez le mystère de l'église romane du 14ème siècle, abritant une incroyable structure métallique de 135 tonnes de fer !

Et c’est surtout une figure particulière qui le représente : celle du chat. À la fois vagabond, indépendant et solitaire, le chat s’illustre comme le double de Steinlen, un véritable anarchiste qui refuse les hiérarchies autant sociales qu’artistiques.

Un reporter du crayon

Au cours des années 1890, Steinlen commence à prendre ses distances avec Le Chat Noir et s’engage davantage dans les mouvements socialistes et anarchistes. Dans un pays marqué par le scandale de Panama et l’affaire Dreyfus, il collabore avec certains journaux politisés, sans pour autant se rattacher à un parti.

L’art pour le peuple

Peu à peu, l’art de Théophile Steinlen s’investit d’une mission sociale et politique. Il réalise des centaines de dessins, lithographies, eaux-fortes et peintures visant à dénoncer la violence et les traumas causés par les conflits.

Renouveler les grands genres

Lorsqu’on parcourt l’exposition, tout comme l’évolution artistique de Steinlen, on constate le passage d’une œuvre anarchiste, satirique et personnelle vers des tentatives plus académiques et relativement dispensables.

Théophile Steinlen, l’exposition du centenaire

Musée de Montmartre

12 rue Cortot, 75018 Paris

Jusqu’au 11 février 2024

À lire également : Théophile Steinlen, le Zola de la butte Montmartre

Vue de l’exposition “Théophile Steinlen” au musée de Montmartre

Del Monique de Travel-Fun
Les derniers articles par Del Monique de Travel-Fun (tout voir)
LIRE :  Découvrez ce jardin d'exception dans une commune magnifique à seulement 2 heures de Lyon - une véritable pépite à ne pas manquer !

Laisser un commentaire