Découvrez l’immeuble emblématique de 1904 à Paris, conçu par l’architecte des Galeries Lafayette ! Une splendeur à ne pas manquer.

124 rue Réaumur © Arthur Weidmann





Les fenêtres XXL de la rue Réaumur, une merveille architecturale méconnue à Paris

Les fenêtres XXL de la rue Réaumur, une merveille architecturale méconnue à Paris

Une rue magnifique

Paris est, parmi les lecteurs et lectrices de Travel Fun, maintenant bien connue pour ses façades magnifiques qui détonnent avec le style haussmannien. Mais ne croyez pas qu’on a déjà tout dit, loin de là. Car il existe une rue dans le centre de la capitale, qui chevauche le 2e et le 3e arrondissement, et qui détient un nombre extraordinaire de bâtiments magnifiques.

Aujourd’hui, on vous en présente un incroyable aux fenêtres XXL.

124 rue Réaumur

124 rue Réaumur

Un architecte connu et reconnu

Lorsque l’on remonte la rue Réaumur, on se rend vite compte de la beauté des lieux. Beaucoup d’immeubles, faits de pierres de taille et de briques, ont tous une particularité audacieuse vis-à-vis du charme haussmannien que l’on connaît déjà trop bien. Mais, arrivé, côté pair, au numéro 124, on s’étonne de ne voir aucun mur. Il semblerait que des fenêtres seulement tiennent sur pied cet immeuble imposant du 2e arrondissement. Magnifique devanture, magnifique façade, on se pose un instant à l’observer et à comprendre ce qu’il est, d’où il vient, et à admirer toute sa beauté.

Un immeuble atypique

Immeuble construit en 1904, il est attribué au fameux architecte Français Georges Chedanne, celui qui a entre autres réalisé l’Élysée Palace Hôtel sur les Champs-Élysées mais aussi les Galeries Lafayette. Sa structure détonne complètement avec les autres immeubles de la rue – et de Paris – : elle est entièrement en métal. Des poutres métalliques verticales constituent l’armature apparente du bâtiment et de large bandes de tôle séparent horizontalement les étages entre eux. Au départ, immeuble étant destiné à une société de soierie, il devait répondre à deux objectifs. Premièrement, la luminosité devait être franche et impeccable. Deuxièmement, le parquet devait pouvoir supporter des charges lourdes, allant jusqu’à 1 500 kg/m2.

LIRE :  Découvrez la cité d'art et d'histoire, avec ses remparts millénaires et ses somptueuses maisons à colombages ! Une immersion historique à couper le souffle !

Des fenêtres et (presque) seulement des fenêtres

Et il faut croire, en tout cas, que le premier objectif a été extraordinairement bien réussi : tout l’immeuble – du moins toute sa façade sur la rue – est recouvert de larges fenêtres entourées d’acier magnifique. Et l’on remarque surtout l’empreinte de l’Art Nouveau par les courbes des grilles d’entrée mais aussi lorsque l’on observe le quatrième étage. En effet, il s’y trouve des fenêtres types “bow-window” qui dépassent de la façade et qui reprennent ces courbes tant voulues par les maîtres architectes de ce courant. Magnifique. Pendant longtemps siège du Parisien Libéré, il a été restauré vers la fin des années 2000 et a ainsi retrouvé son éclat d’antan !


Del Monique de Travel-Fun
Les derniers articles par Del Monique de Travel-Fun (tout voir)
LIRE :  Découvrez l'incroyable histoire du Casino de Paris en trois siècles de pur spectacle ! Vous n'en croirez pas vos yeux – Travel-Fun

Laisser un commentaire