La fascinante église Saint-Jean Bosco à Paris

Découvrez la stupéfiante église Art Déco des années 30, la plus surprenante de Paris !



La fascinante église Saint-Jean Bosco à Paris

Paris n’est pas seulement une capitale où trônent des monuments mondialement célèbres comme la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe ou le Panthéon. Les grands amoureux de la Ville Lumière savent aussi que la capitale est un formidable repère de lieux insolites, certains bien cachés, dont l’histoire nous renvoie parfois plusieurs siècles en arrière. Comme dans toute bonne chasse au trésor, il faut simplement savoir bien chercher et où aller pour tomber sur ces pépites.

Un style reconnaissable à plusieurs mètres

S’il n’est pas forcément le premier qui vient en tête lorsqu’il s’agit d’organiser une journée à Paris, le 20ème arrondissement est un quartier qui regorge pourtant de lieux remarquables. Ayant conservé cette atmosphère de petit village, l’arrondissement peut compter sur des endroits historiques tels que le cimetière du Père-Lachaise, le Pavillon de l’Ermitage ou La Bellevilloise, une ancienne coopérative ouvrière devenue lieu de culture, indépendant et multidisciplinaire.

Un édifice facilement reconnaissable

En ce qui concerne les lieux de cultes par exemple, Paris n’en manque pas, et certains sont bien plus étonnants, voire inattendus, que l’on pourrait le croire… Un exemple en est l’église Saint-Jean Bosco.

Un édifice pensé pour les populations ouvrières et défavorisées

Construite entre 1933 et 1937, l’église Saint-Jean Bosco s’inscrit dans le cadre des “chantiers du Cardinal” avec pour objectif de construire des églises pour les populations ouvrières et défavorisées. Elle fut réalisée sous l’impulsion du Père Siméoni et de l’architecte roumain Dumitru Rotter, s’inspirant du travail d’Auguste Perret.

Une incroyable diversité de décors et des vitraux spectaculaires

L’intérieur de l’église propose une incroyable diversité de décors réalisés par les plus grands artistes d’art religieux de l’époque : Mauméjean pour l’ornementation, Gaudin pour les vitraux ou Subes pour les ferronneries. La lumière étant essentielle dans une église, les nombreux vitraux et mosaïques viennent chaleureusement illuminer du sol à la voûte la moindre parcelle du lieu de culte, offrant ainsi un spectacle plus mémorable dans l’un des plus beaux exemples de l’art religieux des années 30.


Del Monique de Travel-Fun

Laisser un commentaire