Découvrez l’histoire fascinante des cimetières parisiens !

Découvrez la raison derrière les tombes exceptionnelles de ces deux artistes français!

Cimetière du Montparnasse © Adobe Stock




Découvrez l’histoire fascinante des cimetières parisiens !

Le cimetière du Père-Lachaise : un lieu incontournable

Aussi glauques soient-ils, certains cimetières fascinent des milliers de curieux de par leur architecture, leur histoire ou les tombes étonnantes qu’ils accueillent. Plus grand cimetière parisien intra-muros et mis en service en 1804, le cimetière du Père-Lachaise est assurément l’un des plus connus au monde. Celui-ci attire chaque année près de 3 millions et demi de visiteurs, faisant de lui un site touristique majeur de la capitale et, surtout, le cimetière le plus visité au monde. On s’y presse pour admirer les tombes historiques de grands noms tels que Frédéric Chopin, Oscar Wilde, Molière, Jean de la Fontaine, Edith Piaf, Jim Morrison ou encore l’étonnante tombe des amants maudits…

Petite histoire du cimetière du Montparnasse

Mais le Père-Lachaise est loin d’être le seul cimetière parisien à attirer les curieux. Créé en 1824 mais beaucoup plus petit que le Père-Lachaise, le cimetière du Montparnasse fait tout autant partie de l’histoire de la capitale. À l’origine, il se nommait cimetière du Sud et fut créé lors de la mise en œuvre des premières politiques d’urbanisme, et plus particulièrement à l’occasion de la mise en place d’un réseau de cimetières parisiens en dehors des anciennes limites de la capitale. Construit sur le territoire de la commune de Montrouge, trois fermes occupaient autrefois l’emplacement actuel du cimetière. Heureusement pour les curieux, il ne s’agit pas du détail le plus difficile à repérer… À l’ouverture du cimetière, le moulin est d’ailleurs devenu la maison du gardien, avant d’être classé monument historique en 1931. Les tragiques événements de 1870 et 1871 donnent naissance dans la partie orientale du cimetière à deux monuments en hommage aux morts dans la guerre franco-allemande de 1870 et aux communards abattus au cours de la Semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871. Tout comme le Père-Lachaise, le cimetière du Montparnasse abrite le souvenir d’un grand nombre de personnalités : hommes politiques, personnalités religieuses, penseurs, artistes, artisans du progrès technique, explorateurs…

Un petit objet rectangulaire indissociable de Paris

Au total, ce sont pas moins de 35000 tombes qui peuplent aujourd’hui le cimetière du Montparnasse, avec certaines plus prisées par les visiteurs que d’autres. Parmi les plus populaires, impossible de ne pas évoquer celle de Serge Gainsbourg, célèbre auteur, compositeur et interprète décédé en 1991. Et tout comme la tombe d’Oscar Wilde recouverte de trace de rouge à lèvres ou celle de Victor Noir dont on frotte une partie bien précise, la sépulture de “l’Homme à tête de chou” est le théâtre d’un étonnant rituel. C’est sur la tombe de celui qui est enterré avec ses parents et qui reçoit un grand nombre d’offrandes de la part des touristes et des passants que l’on retrouve sur sa tombe des mégots de cigarette, accessoire indissociable de l’artiste. Mais ce n’est pas tout, puisqu’on recense aussi… des tickets de métro ! Aucun rapport avec une éventuelle reconversion ou un amour particulier du chanteur pour les transports en commun. La raison est plutôt simple : il s’agit d’un clin d’œil à sa célèbre chanson “Le Poinçonneur des Lilas”, qui a immortalisé l’ancienne profession, perdue depuis l’arrivée des tourniquets automatiques.

Un amour éternel pour l’écriture

Plus loin de la sépulture de Serge Gainsbourg, une autre tombe est le recueil d’objets pour le moins inattendus. Femme de lettres parmi les plus réputées du répertoire français, Marguerite Duras fait assurément des personnalités les plus connues à reposer au cimetière situé non loin de la célèbre tour Montparnasse. Décédée à Paris en 1996, cette figure majeure de la littérature de la seconde moitié du xxe siècle est reconnue pour avoir notamment remporté le Prix Goncourt en 1984 pour son roman autofiction “L’ amant”, qui sera par ailleurs un véritable succès mondial. L’autrice et dramaturge signa aussi le scénario et les dialogues du film Hiroshima mon amour d’Alain Resnais, qui lui vaut d’être nommée pour l’Oscar du meilleur scénario original. Certains de ses textes sont traduits dans plus de 35 langues. Un talent maintes fois démontré pour l’écriture, que les fans continuent de célébrer… en venant déposer des stylos !

À lire également : La Cité Internationale Universitaire, un monde de savoirs au sud de Paris Image à la une : Cimetière du Montparnasse © Adobe Stock


Del Monique de Travel-Fun

Laisser un commentaire